7 conseils pour négocier son salaire lors de l’entretien d’embauche “Cadremploi 10.19”

Newsletter de cadre emploi

Pendant les entretiens d’embauche, parler de ses prétentions salariales peut donner des sueurs froides. Bien préparé, vous pourrez plus facilement décrocher l’emploi de vos rêves et négocier le salaire. Nous vous donnons 7 trucs de pro pour savoir dire avec finesse combien vous valez. Un atout qui retiendra l’attention des recruteurs.
9

Préparer ses arguments
Parler du salaire que l’on envisage ne s’improvise pas. « Il faut se renseigner sur les prix du marché, sur la fourchette de salaire proposée par l’entreprise pour le type de poste auquel vous postulez et pour votre niveau de formation », prévient Philippe Guittet, consultant chez PG Conseil. Un coup de fil à un collègue de l’entreprise en question, un coup d’œil sur les barèmes qui sortent ici ou là dans la presse ou sur les sites des cabinets de recrutement (Hays, Robert Half, Expectra, Robert Walters ou Michael Page…) vous aideront à préciser ce que vous valez sur le marché du travail. Cette préparation est essentielle pour marquer des points auprès des recruteurs : « c’est la preuve que vous maîtrisez le marché, que vous avez pris le temps de vous renseigner sur l’entreprise et que vous connaissez votre valeur ».

À lire aussi >> Entretien de recrutement : les 10 infos à connaître sur l’entreprise

Réfléchir à ce que vous souhaitez obtenir
Pour un emploi, les recruteurs parlent en rémunération brute annuelle. Vous devez parler le même langage qu’eux pour faciliter les échanges. Réfléchissez en amont au salaire brut annuel désiré puis élargissez éventuellement avec le salaire variable (prime, bonus) et les avantages en nature (véhicule de fonction, téléphone, télétravail…). In fine, vous devez être en mesure de proposer un package salarial au recruteur.

Faire le premier pas ou pas ?
« Quelles sont vos prétentions salariales » est LA question posée dans 90 % des entretiens d’embauche ? « Mieux vaut laisser l’employeur aborder lui-même cette question, estime Philippe Guittet. De toute façon, viendra forcément le moment où il le fera puisque c’est aussi pour lui un moyen de tester le candidat ». Ceci dit, il peut arriver que l’employeur attende un second entretien pour entamer la négociation. « Il est nécessaire de poser d’emblée la question du processus pour savoir à quel moment ce thème sera évoqué. Quoi qu’il arrive, il ne faut pas terminer un entretien sans avoir parlé rémunération. »

À lire aussi >> 4 conseils pour estimer son premier salaire

Gonfler son ancien salaire ?
C’est le conseil bidon qui revient souvent. Une aberration pur Philippe Guittet : « Aujourd’hui, les recruteurs ont accès à toutes vos informations. Le téléphone, le réseau, internet… c’est très facile de se renseigner sur vous et de voir si vous les avez bernés ». Et les risques sont plus conséquents que l’on ne pense : « Là encore, les informations circulent. Un mensonge auprès d’un recruteur peut vous griller auprès d’autres recruteurs. » Pour demander un revenu plus important, mieux vaut expliquer que votre ancienne rémunération avait été fixée sur des critères plus anciens ou que vos responsabilités n’étaient pas les mêmes.

À lire aussi >> Comment répondre à la question sur vos prétentions salariales ?

Demander moins pour être sûr d’avoir le poste ?
« Non plus ! Le recruteur va se demander tout de suite pourquoi vous vous dévalorisez et va penser qu’il y a un problème dans votre parcours. » Pire encore… Il peut accepter et vous ferez ainsi chuter les prix du marché. Vous avez des qualités, vous avez des compétences. Vous devez être payés à leur hauteur pour l’emploi visé.

Comment argumenter au mieux ?
« Là encore, il faut avoir bien étudié son marché et l’entreprise dans laquelle on postule, poursuit Philippe Guittet. L’enjeu est de montrer la plus-value que vous allez apporter ». Apprenez à mettre en avant vos compétences et à les marketer. Une langue étrangère, un carnet d’adresses, une expertise dans un domaine… sont autant d’arguments à amener sciemment au moment de la négociation. Le recrutement ne se fait plus uniquement sur le diplôme ou l’expérience, les compétences comportementales – autrement appelées soft skills – sont toutes aussi importantes et peuvent même faire la différence.

Notre conseil Cadremploi : « En revanche, ne faites jamais sentir que vous avez besoin d’argent. Le recruteur n’est pas là pour payer les traites de la maison ou l’école des enfants… Et vous passerez pour quelqu’un dans l’urgence qui peut tout accepter à n’importe quel prix ».

À lire aussi >> CV : comment parler de ses soft skills ?

Être ferme sur son prix ?
Que ce soit dès le début du process de recrutement ou à la fin, le recruteur va vous proposer une rémunération pour le poste convoité. Plusieurs options vont s’ouvrir à vous :

Le salaire vous convient, vous ne souhaitez pas négocier plus.
Le salaire vous convient, mais vous pensez pouvoir obtenir davantage. Vous possédez une compétence rare qui fait vraiment la différence ou vous avez un carnet d’adresses qui intéresse forcément l’entreprise pour laquelle vous postulez ? Bien préparé, c’est-à-dire en exposant clairement vos arguments et en chiffrant votre propos, vous ne perdez rien à tenter la contre-proposition.
Le salaire ne vous convient pas. « Si vous êtes très demandé sur le marché, vous pouvez vous permettre d’être intransigeant ». Sinon, pensez stratégique. « Si vous postulez dans une PME, il est possible que l’entreprise ne puisse pas monter la barre. En revanche, si elle vous propose une mutuelle ou une voiture de fonction, ça peut être tout aussi intéressant que 100 euros supplémentaires imposables ». Une réflexion sur le long terme peut aussi vous influencer : « Mieux vaut accepter un poste moins bien payé si celui-ci peut vous permettre d’engranger une expérience ou une expertise qui vous permettra ensuite de vous vendre plus cher ».

https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-candidature/entretien-embauche/detail/article/7-conseils-pour-negocier-son-salaire-lors-de-lentretien.html?utm_source=cadremploi&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter&een=650445c084336914a6462ec7380e5c65&seen=6