**Les 10 principaux motifs de refus d’une candidature**

Article Job Up
**Les 10 principaux motifs de refus d’une candidature**
4 décembre 2019 | Par Mathias Steger

Si vous recherchez un nouveau job, vous serez certainement confronté à des rejets de candidature. Un moment souvent difficile à passer qu’il convient de bien gérer afin de comprendre pourquoi le recruteur a écarté votre postulation. Nous vous aidons à y voir plus clair grâce à ces dix motifs les plus courants.

Un CV trop banal
Pour un employeur, le CV représente souvent le premier contact avec un candidat. Il convient donc de vous démarquer pour ne pas finir sur la mauvaise pile. Cela passe par une présentation soignée (la photo est importante), une description synthétique et percutante de vos expériences et des recommandations de qualité. En d’autres termes, votre CV doit être concis et clair, c’est la condition préalable pour espérer passer la première étape d’un processus de recrutement. Pensez également à l’ajuster en mettant en avant vos qualifications en lien avec le poste.

Manque de motivation
L’enthousiasme n’est pas un bonus, il est tout simplement essentiel. Cela doit se ressentir à la lecture de votre lettre de motivation (son nom n’est pas anodin), mais également lors de vos divers entretiens avec le futur recruteur. N’hésitez pas à sourire et à souligner votre intérêt pour l’entreprise et pour le poste. Attention cependant à ne pas trop en faire car cela pourrait sembler exagéré et donc sonner faux. Restez authentique.

Un entretien bâclé
Arriver à un entretien d’embauche les mains dans les poches en misant tout sur la chance n’est jamais une bonne solution. Il convient de préparer en amont ce qui s’apparente parfois à une épreuve. La première chose est d’identifier vos points forts et vos faiblesses, mais aussi et surtout votre adéquation avec le poste en question. Pour ce faire, rédigez une liste de questions que l’on pourrait vous poser, et les meilleures réponses, afin de ne pas être déstabilisé lors de l’entretien. L’autre passage obligé consiste à récolter le maximum d’informations sur le potentiel employeur. Prenez quelques notes, répétez, encore et encore, et relisez-les une dernière fois le jour-même. Evitez à tout prix de lire ces informations devant le recruteur, il convient, au contraire, de montrer que vous êtes le plus naturel possible. L’enjeu est crucial car un entretien raté signifie presque toujours une candidature écartée.

Une personnalité trop solitaire
Une entreprise ressemble parfois à une équipe de football. On aime les talents individuels, mais on leur préférera toujours ceux qui cherchent à améliorer le collectif. Un exemple? Si votre recruteur vous demande ce que vous avez pensé de votre ancien job, il cherche en fait à tester votre loyauté envers votre ancienne entreprise. Donc évitez absolument de dénigrer vos ex-collègues, votre chef de l’époque ou la société en question. Restez factuel, sans être non plus trop enthousiaste, tout est une question d’équilibre. L’essentiel est de parvenir à démontrer votre esprit d’équipe. Les entreprises aiment les profils qui inspirent confiance, dégagent de la sympathie et qui font preuve d’une évidente aisance communicationnelle.

Passer pour une victime
Durant l’entretien, se positionner sans cesse en tant que victime peut mettre mal à l’aise le recruteur. Les détails trop personnels comme la perte d’un proche, une rupture amoureuse ou une maladie, sont à bannir. Un entretien d’embauche n’est pas le moment pour évoquer ces sujets négatifs. Il convient donc de faire preuve d’une certaine forme de pudeur afin de conserver toutes les chances de votre côté. Et surtout de se montrer sous son meilleur jour en mettant en lumière vos côtés positifs.

Manque d’expérience
Poser sa candidature malgré son manque d’expérience peut parfois s’avérer payant, mais cela peut aussi constituer une excellente raison de se voir recalé. Souvent, le recruteur a le choix entre plusieurs candidats. Il optera donc souvent pour celui qui a la meilleure expérience pour le poste en question. Si la vôtre n’est pas encore suffisamment étoffée, pensez à revoir vos ambitions à la baisse. N’hésitez pas aussi à postuler pour un poste plus junior. Une autre solution consiste à muscler votre expérience en ayant recours à la formation continue, par exemple.

Ambition démesurée
Lors d’un entretien d’embauche, il convient de ne pas trop insister sur les perspectives d’évolution ou les possibilités de changer de service au sein de l’entreprise. Il vaut mieux vous focaliser sur le poste en question et démontrer au recruteur que c’est celui-ci que vous convoitez. Dans le futur, vous aurez tout le loisir de concrétiser vos éventuelles ambitions.

Salaire trop élevé
La question de la rémunération est évidemment fondamentale, mais elle peut aussi être rédhibitoire. Si vous demandez un salaire deux fois supérieur à celui proposé par le recruteur, la négociation ne se fera certainement pas et votre candidature sera définitivement abandonnée. Viser juste n’est pas chose aisée, il convient donc de se renseigner sur la fourchette de rémunération généralement admise pour un poste identique avec un même niveau d’expérience. Le comparateur de salaires de jobup.ch vous permet de comparer gratuitement tous les salaires en Suisse et de négocier le juste salaire à l’entretien d’embauche. Ne pas être trop gourmand, ni trop modeste, voilà la clef pour un salaire en adéquation avec vos exigences, mais aussi celles de votre futur employeur.

Une mauvaise réputation
Le marché romand de l’emploi est relativement réduit. Ce qui signifie que généralement les recruteurs se connaissent. Donc si vous êtes un très bon candidat, mais que votre réputation n’est pas à la hauteur de vos compétences, cela peut conduire à un refus de la part de l’employeur. Pensez également à soigner votre e-réputation, c’est-à-dire celle que l’on retrouve en ligne, en modifiant, par exemple, votre comportement et le contenu que vous publiez sur les différentes plateformes. Évitez absolument les photos de soirées trop arrosées ou les commentaires exagérés car un futur employeur peut les découvrir en quelques clics seulement.

Un langage inadapté
Quand vous vous retrouverez face à un recruteur, vous serez jugé sur ce que vous dites, mais également sur votre langage corporel. Les deux sont essentiels. Il convient donc d’adopter un vocabulaire adapté et sans familiarité ainsi qu’une gestuelle démontrant ce que vous dites. Évitez donc de croiser les bras, de ne pas regarder la personne en face de vous ou de vous vautrer sur votre chaise. La communication non-verbale en dit souvent beaucoup sur les intentions d’une personne et les recruteurs en sont bien conscients.

Allez, on ne se décourage pas et on y croit !!!